La pitoyable campagne électorale 2012

Posté le par | Répondre

À l'heure où j'écris, le Peuple français a voté pour le président de la République qui le représentera pour les 5 années à venir et qui devra faire face à la situation économique que nous connaissons tous et aux nombreux enjeux qui participeront à notre avenir à tous. Je tiens à préciser que, à l'issu du vote et du résultat du 6 mai 2012, j'aurais écrit les mêmes mots si la victoire avait été pour l'autre candidat.

Je n'ai pas l'esprit partisan. Mon jugement en faveur de tel ou tel homme politique se pose en fonction de leurs idées, de leurs programmes, de leur capacité à débattre et non en fonction de stratégies douteuses pour être élu. Par ailleurs, je respecte toutes les personnes qui ont une carte dans un parti politique et qui jugent que leur combat est le bon.

Pour avoir suivi (mais pas de manière acharnée) les débats organisés pour les élections présidentielles 2012, lu les journaux de tout bord, vu les émissions télévisées sur différentes chaines et consulté de nombreux sites internet et autres blogs évoquant les idées de tous les candidats, j'ai trouvé que la campagne avait atteint un niveau pitoyable.

J'ai constaté des chamailleries partisanes concernant la crise, cette fameuse crise qui nous pourrit la vie. Pour mémoire, Mesdames et Messieurs les politiques de tout bord, la crise a commencé fin 1973 alors que les pays producteurs de pétrole augmentaient drastiquement leurs prix. Les responsables politiques d'alors nous ont expliqué que nous vivions une crise majeure. Les différents responsables qui se sont succédés depuis n'ont eu de cesse que de mettre des bouts de ruban adhésif sur une amphore qui se fissure de tous côtés. Ils ont tenté de "prendre des mesures", de "s'engager dans des réformes" plus ou moins bonnes mais il faut reconnaître que la construction de l'Europe (et son fonctionnement financier) était leur plus grande préoccupation. Une crise pétrolière de 39 ans, une Banque Centrale Européenne qui ne prête plus aux États, préférant prêter aux banques nationales progressivement privatisées, et des États "souverains" qui empruntent à nos banques à des taux de plus en plus importants. Cela est hallucinant et, ni la gauche ni la droite devraient se combattre avec tant d'arrogance car ils sont tous deux acteurs responsables de cette situation.

Mesdames et Messieurs les politiques, arrêtez de faire des promesses que vous ne sauriez tenir. Nous ne sommes pas dupes. Le Peuple français en a ras le béret de politiciens qui n’ont jamais osé repenser leur modèle de gestion de la société, de politiciens qui se chamaillent comme des enfants de classes maternelles, des politiciens qui vont même jusqu’à dire que ce n’est pas de leur faute.

Un tel comportement me pousse à dire que la politique actuelle est d’une platitude totale, et même à penser que la campagne a été sans intérêt, sans vision, sans valeurs car elle a été menée par des personnes bornées qui fonctionnent de manière mécanique ou épidermique, nous proposant un imbroglio de lois, de promesses, de projets irréalisables, le tout pimenté de stratégies de copinages et de démagogie. Si on prend en compte l'évolution de la société, les tendances socio-économiques, l’état de la planète, les données financières et écologiques, nos rapports avec l'Europe, j'ai pu constater que ces femmes et ces hommes politiques n’ont aucun projet éclairé, mais ne disposent que d'un sac à idées brouillonnes qui ne les convainquent pas eux-mêmes.

Un projet politique doit être le reflet d'une ambition pour le peuple, pas un saupoudrage de mesures démagogiques destinées à servir les ambitions d’un chef, d'un parti, d'une idéologie périmée. Il doit reposer sur des valeurs (l'humanisme, le respect, l’engagement, la transparence, le courage…). J'en donne pour exemple le respect rendu aux français : le projet de carte d'identité numérique permettant de s'identifier en ligne visant à stocker des informations classiques concernant le titulaire de la carte, ainsi que des éléments permettant de s'identifier sur Internet. Les rares députés de l'Assemblée Nationale présents ont adopté le jeudi 7 Juillet 2011, le projet de loi, en première lecture par 11 députés présents dans l’hémicycle pour voter cette loi. Ils ont décidé, à eux seuls, pour 60 millions de personnes !…(7 pour, 4 contre (sur 577 députés). En savoir plus sur cette loi ici.

Voilà, les politiciens imaginent être des héros, des leaders, des sauveurs pourtant ils sont aussi creux que vides ! Parfois bons techniciens mais souvent déplorables orateurs, ce sont des pédagogues exécrables, de pitoyables moulins à discours jouant pour leurs ambitions personnelles.

Avoir un projet politique, c'est aussi avoir le sens du dialogue et savoir se confronter avec pertinence, pragmatisme. Au lieu de ça, nos dirigeants nous offrent un spectacle au cours duquel on manipule, s’interpelle, s’invective, se montre du doigt, se dénonce, se calomnie… Est-ce comme ceci qu'on stimule une société pour affronter les difficultés, aller de l'avant, qu'on dynamise une société rendue pantouflarde, pour la rendre créative et entreprenante ? Mesdames et Messieurs les politiques, arrêtez de passer une trop grande partie de votre temps à vous justifier, à vous défendre, à démontrer que vous avez raison, à agresser ceux qui ne sont pas en accord avec vous, à faire des procès d'intention.

La politique est devenue un produit de grande consommation bas de gamme représenté par un produit dont les ingrédients plus ou moins génétiquement modifiés ont une DLC (date limite de consommation) de plus en plus courte au même titre que les promesses de lois se périment après les élections et le passage aux actes (j'en parlais de manière humoristique dans le billet : CNN cuisine la campagne électorale française). Les médias en sont en grande partie responsables à mes yeux. La politique devient un spectacle que l'on doit perpétuellement renouveler au risque de perdre des miettes d'audimat. Comme les discours durent dans le temps (officieusement de 6 mois à 1 an avant les élections), ils deviennent répétitifs et creux. Les médias s'animent autour de la psychologie politicienne et de la psychologie des électeurs. Peut-être que les médias étrangers ont vu juste dans cet article du Monde datant du 21 avril 2012.

Mesdames et Messieurs les politiques, il est encore temps de repenser, de créer, de mettre en place des stratégies innovantes pour notre pays, de devenir un modèle aux yeux du monde, vu l’état du Monde, la place est à prendre. Lors de cette campagne électorale, personne n’a osé dire la vérité, jouant un jeu de dupes, chacun préparant son élection au trône pour les uns, les législatives pour les autres.  Nous sommes en train de gaspiller et de réduire à néant les richesses héritées de nos parents et grands parents et accumulées depuis des siècles. Nous nous comportons comme des enfants qui croient à la pensée magique de nos politiques, parce qu’aucun vrai leader n’est capable de dire la vérité et de vivre dans la réalité et comme un bon prêcheur sous-entendra «  As-tu été Tweeté mon fils ? ». Le Tweet, J'aime, G+ sont à la vie politique ce que le SMS est à la communication des ados. (Ok, là je vais un peu trop loin).

Mesdames et Messieurs les politiques, vous n'avez pas pris de risques pour nous montrer la voie à suivre, vous nous avez juste servi ce que nous voulions entendre dans la platitude de vos paroles. Certes gouverner est l'exercice le plus compliqué qui soit pour tout Homme qui a le destin d'un pays entre les mains, mais que je sache, vous n'y êtes pas forcé (vous avez juste été formatés à cela dans vos grandes Écoles). Ne compliquez pas votre tâche avec toutes des futilités en adoptant un comportement puérile car l'enjeu c'est nous et nos enfants.

Ce billet n'est que le reflet de ce que j'ai ressenti, perçu depuis quelques années et, de plus en plus ces derniers mois. Je doute fortement qu'un responsable politique prenne le temps de lire ces lignes mais à défaut je me serai au moins un peu défoulé.


Licence Creative Commons
Cet article, sauf mention contraire expresse, est publié sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported Licence.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Google Plus Twitter Facebook Linkedin Framasphere email Flattr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.